ACCUEIL / SOMMAIRE / REALISER UNE MULTI-EXPOSITION

Réaliser une multi-exposition


Dans ce chapitre, nous allons voir comment traiter les petits problèmes de dynamiques qu'on peut avoir dans certaines situations d'expositions hétérogènes (et qui est devenu critique avec le numérique qui y est très sensible).


Ce n'est pas du HDR ?


Certains connaissent sans doutes (au moins de nom) la technique du HDR (ou HDRi), acronyme de High Dynamic Range (ou High Dynamic Range image) qui permet justement d'augmenter la dynamique et d'obtenir une exposition plus homogène.

Cette technique, bien que très à la mode, est pour moi l'équivalent du "marteau-pilon pour écraser une mouche" de la photo en condition d'exposition difficile. Qui plus est, le HDR est une technique extrêmement difficile et du fait, très peu accessible.

La plupart des photographes débutants pensent que le HDR est la seule solution à ces problèmes d'expositions, et se tournent donc vers celle ci. Il existe pourtant une autre manière de procéder, plus facile, moins contraignante, et au rendu de bonne qualité sans trop de travail, bien que théoriquement "moins performante", que j'appelle la multi-exposition.

A titre personnel, dans des conditions d'exposition difficiles, j'ai recours à cette technique 95% du temps, et donc au HDR 5% du temps. C'est donc pour moi une technique plus importante et intéressante que le HDR.
Et c'est ce que nous allons voir dans ce chapitre.


Quand utiliser cette technique


Je vous parle de "situation d'expositions hétérogènes" depuis tout à l'heure, mais concrètement, qu'est ce que c'est ?

C'est relativement simple, ce sont par exemple les conditions de "contre jours", où on a soit une partie toute noir (sous-exposée) et le reste bien exposé, soit une partie toute blanche (sur-exposée) et le reste bien exposé.
Bien que la technique que nous allons voir ne permet absolument pas de récupérer des écarts d'expositions aussi importants que le contre-jour, elle permet néanmoins de récupérer ce problème dans de très nombreux cas.


Sur l'exemple à droite, nous y voyons une belle illustration :
A cause du ciel très lumineux la photo est correctement exposée au niveau du ciel et est sous-exposée au niveau du bâtiment et du sol.


L'idée derrière la multi-exposition est de travailler l'exposition en exportant deux (ou plus !) images exposées différemment d'une même photographie (il est donc encore ici absolument vital de travailler en RAW) et de les recombiner ensuite en une seule image en choisissant les parties que l'on aimerait garder.


Si vous avez lu les précédents chapitres, vous devriez vous rendre compte que vous avez déjà acquis toutes les connaissances nécessaires à cette opération.
Ce sera donc une bonne occasion de les remettre en pratique ici !




Du RAW initial, nous allons extraire ici deux images : une pour le ciel et une pour le bâtiment/sol. Pour chacune nous allons modifier l'exposition en relation à la partie qui nous intéresse :


La photo du ciel a été un peu sous-exposée par rapport à l'originale, tandis que la photo du bâtiment/sol a été sur-exposée.
Ensuite les deux on été ouvertes dans un même document.

La photo sous-exposée (pour le ciel) est le calque nommé "Ciel" tandis que la photo sur-exposée (pour le bâtiment/Sol) est le calque nommé "BatimentSol" comme on peut le voir dans le module des calques :


Pour garder le bon ciel et le bon bâtiment/sol nous allons masquer les parties qui ne nous intéressent pas sur le calque supérieur (ici le calque XX) pour qu'il afficher le calque situé en dessous (et donc les parties de l'image qui nous intéresse), avec le classique masque de fusion.
Nous allons donc rajouter un masque de fusion sur le calque Ciel:



Et nous allons ensuite prendre un pinceau de couleur noir pour cacher les parties qui ne nous intéressent pas, ici le bâtiment et le sol (les parties à peindre sont données ici en rouge à titre indicatif):



Et nous obtenons l'avant-après suivant:



Et nous avons une photo qui est maintenant exposée uniformément, ce qui n'était pas possible de faire dès la prise de vu à cause des conditions d’"éclairages".
Ce n'est bien évidement qu'une "base", il vous reste maintenant tout le loisir d'appliquer toutes les opérations de post-traitement que nous avons vu jusqu'à présent.

Si voir ma version définitive de cette photo vous intéresse, je vous invite à aller voir par ici.

C'était un chapitre court, n'est ce pas ?
Il est court car c'est une technique très simple et terriblement efficace, au contraire du HDR que nous allons découvrir dans le prochain chapitre (et vous allez voir, ça va être une autre histoire ! ).



Chapitre précédent - SOMMAIRE - Chapitre suivant